Home / Affaires africaines / Tunisie: Le premier ministre désigné  «Habib Jemli», L’exception dans toutes les directions

Tunisie: Le premier ministre désigné  «Habib Jemli», L’exception dans toutes les directions

Africa Prospectus

Abou Raslen *

     Le nom de “Habib el-Jamli” n’a pas été proposé comme candidat au poste de chef de nouveau gouvernement qu’avant la dernière session du Conseil de la « Shura » de mouvement « Nahdha », qui est restée ouverte du samedi 09 novembre au mercredi 13 novembre, et a été voté parmi plus de sept noms. Et enfin il a gagné la confiance des membres du Conseil en raison de l’exception exceptionnelle de l’existence de plusieurs avantages dans sa biographie, ainsi que de ne pas porter ses traits de personnalité attachés aux autres, a obtenu de 90 voix (sur environ 135 voix), et contrairement à ce qui a été promu, Son nom n’était que très relatif aux autres partis parlementaires et organisations nationales, On peut affirmer que la sélection a été basée sur son professionnalisme, ses compétences exceptionnelles et la multiplicité de ses attestations. En outre, grâce à sa longue expérience dans les départements du ministère de l’Agriculture et dans la gestion de certaines institutions et l’a familiarisé avec les dossiers de l’administration, de l’économie, de l’agriculture et de la gestion financière, et aussi d’après qu’il est ancien secrétaire d’État à l’agriculture dans deux gouvernements après 2011, mais qui est “Habib Jemli” et quelle est sa carrière et quels sont les horizons de ses succès futurs compte tenu des nombreux défis auxquels son gouvernement sera confronté sur les plans économiques, sociaux et même politiques, à la suite de la mosaïque parlementaire issue des élections du 6 octobre dernier, Outre une situation régionale en pleine mutation, au milieu de trajectoires de transition démocratique connues et vécues par tous les pays de la région de l’Afrique de Nord? 

1- Qui est «Habib Jemli» et quelles sont les différentes stations de sa carrière ?

«Habib Jemli», né le 28 Mars 1959 dans la délégation de “Nasrallah” du gouvernorat de “Kairouan”, il est titulaire d’un haut diplôme en agriculture et d’un diplôme d’ingénieur des travaux publics en agriculture…

«Al-Jamli» a poursuivi des stages de formation et divers stages de formation en Tunisie et à l’étranger relatifs à de nombreux aspects des systèmes de production agricole et des politiques de développement du secteur agricole et de sa structure dans de nombreux pays étrangers. Comités et conseils internes et nationaux d’entreprises publiques liées au secteur agricole; Il a également présidé les cellules de recherche appliquée du Grain Office (1992-1995) en adoptant des techniques modernes de production de céréales et de légumineuses à grains secs dans le cadre du programme technique approprié. Le premier du genre a été officiellement adopté par le Grain Office à la suite de ses discussions et de sa ratification lors de deux ateliers généraux organisés à cet effet (1999/2000).

«Al-Jamli» a quitté la fonction publique en 2001 et a rejoint le secteur privé en tant que directeur des études et du développement à la « Mediterranean Grain Company », et en 2004 il a repris la direction générale de l’entreprise envoyée par le complexe et a commencé en 2005 à mettre en œuvre le projet, qui est devenu la première entreprise nationale dans son domaine et active dans divers États du Nord et une partie du Midwest.

2- Expérience politique et racines intellectuelles du chef de gouvernement désigné

Que le système politique pendant les périodes de tyrannie, en particulier pendant le régime du président déchu, était un système de police structuré et fermé dans le recrutement administratif et politique des membres du parti au pouvoir (le «Parti constitutionnel socialiste » puis le «Rassemblement constitutionnel et démocratique» dissout);
Où chaque nouveau délégué dans l’administration de la soi-disant recherche sur la sécurité et les textes des rapports de plusieurs départements du décanat aux agences de sécurité centrales de multiples noms et structures, ce que certains essaient de promouvoir que « Habib Jemli » appartenant au mouvement «Nahdha» ne se rapporte pas vraiment, et si le système d’oppression et d’abus Laisser un islamiste dans les loges de l’administration sans emprisonner ni expulser de son travail …

« Al-Jamli » est une figure qui a pratiqué la politique dans le cadre de l’indépendance. C’est quelque chose qu’il a choisi en fonction de sa vision des évolutions, des événements et des variables et de son suivi constant de tout ce qui est nouveau dans le monde de l’agriculture, de l’agriculture, de l’ingénierie et de la gestion …
Depuis le milieu des années 80, l’idée et la coordination selon lesquelles chaque ministre ou personne occupait une position dont les racines intellectuelles et politiques sont le produit de l’attraction idéologique laide consacrée au cours des trois dernières décennies ont pris racine.
A cela s’ajoute une seconde mentalité basée sur le marquage de chaque personne appartenant à une affiliation particulière en plus de la tendance établie par la pratique des « cellules dites professionnelles » dans les départements par le biais de leur classification intellectuelle et politique des compétences, même s’il s’agit de compétences purement administratives et scientifiques, Malgré tout cela, « Al-Jamali » était reconnu comme une personnalité politique indépendante malgré son classement d’opposant au régime, où il n’appartenait pas à ses structures et ses institutions, et il ne dépendait pas non plus de ses chorales, car il refusait de s’aligner dans les caricatures du parti d’opposition. Mais il était un partisan de la tendance identitaire au sens général (vie privée nationale tunisienne dans ses grandes voies), et il ne croit pas en l’exclusion, mais pense qu’il est possible de construire une mosquée nationale et qu’il est une personnalité universitaire ayant des relations distinctes avec les organisations sociales et un certain nombre d’associations, ainsi qu’avec d’autres organisations régionales et internationales. ..

Après la révolution, “Habib Jamli” a occupé les postes de secrétaire d’État à l’Agriculture, aux gouvernements de:

« Hamadi Jebali » (du 26-12-2011 au 08-03-2013)
“Ali Laredih” (du 09-03-2013 au 05-02-2014). .

Sous sa supervision du Secrétariat d’Etat à l’agriculture, il a supervisé la préparation d’un “tableau de bord” pour suivre la mise en œuvre de divers projets et programmes de développement aux niveaux régional et central et suivre l’avancement de l’achèvement des plus importantes saisons agricoles, Il a également créé un certain nombre de groupes de réflexion comprenant un large éventail de compétences ministérielles afin de traiter de nombreux dossiers épineux et d’approfondir l’examen d’un certain nombre de problèmes structurels qui entravent les progrès de l’agriculture tunisienne, en vue de la préparation d’un plan stratégique global pour le développement du secteur et lui permettant de jouer un rôle de pointe dans le développement de l’économie nationale. Il a également supervisé la préparation et la mise en œuvre de la première phase d’un programme multidimensionnel de réforme administrative et le renforcement de la gestion des ressources …

3- Remarques clés sur le choix du chef de gouvernement désigné

A- “Al-Jamli” représente la consécration et la poursuite de la méthode de sélection du Premier ministre depuis 2013, qui consiste à choisir le Premier ministre en tant qu’ancien membre d’un gouvernement précédent, “Ali Laridh” est le ministre de l’Intérieur du gouvernement de « Jabali » et « Mehdi Juma » est le ministre de l’Industrie au gouvernement de “Ali Laridh”, Ainsi “Habib Essid” est un ministre conseiller des gouvernements de “Lariadh” et “Jebali” et avant cela, il était le ministre de l’Intérieur du gouvernement d’ « Essebsi » en 2011 et « Youssef Chahed » était secrétaire d’État à l’Agriculture puis ministre des Affaires locales des gouvernements de “Habib Essid”, et la différence entre “Il est membre des gouvernements précédents et non du gouvernement précédent et ressemble donc presque au même cas …

b- « Habib Jamli » est la deuxième personne hors des places du Sahel et Tunis à être Premier ministre ou chef de gouvernement depuis l’indépendance , «Habib Bourguiba», « Ahmed Ben Saleh », « Hedi Nouira », « Mohamed Mazali » et « Rachid Safar ». « Zine El Abidine Ben Ali », « Hamed Karoui », « Hedi Baccouche », « Mohamed Ghannouchi », « Mehdi Jomaa », « Habib Essid » et « Hamadi Jebali », Ils sont originaires de la côte tunisienne (Monastir – Mahdia – Sousse), “Beji Kaid Essebsi”, « Behi Ladhgam » et “Youssef Chahed” sont la capitale (Tunis dit « Baldia »), et “Ali Lariadh” est originaire du sud et plus précisément du gouvernorat de Médenine …

c- En choisissant « Jamli », le retour à une personnalité non partisane, c’est-à-dire sans engagement ni structure avant d’assumer la première responsabilité dans la « Casbah », parce que “Mohamed Ghannouchi” et “Beji Caid Essebsi” appartenaient à “l’Assemblée” dissoute et acceptée par le “Parti constitutionnel socialiste” et qu’ils étaient des dirigeants Ses principales structures centrales, En outre « Hammadi Jebali » et « Ali Lariaidh » ​​ont occupé des postes avancés dans le « mouvement des tendances islamiques » (mouvement Ennahda aujourd’hui) , tandis que « Youssef Chahed » a fondé le Parti « Tarik El wassat» puis il a entré au Comité de coordination supérieur de « Qutb » en 2011. Puis parti “Républicain” avant d’être l’un des chefs de “Nidaa Tounes” lancé en 2015 par le Comité des 13 avant d’être nommé Chef de gouvernement en août 2016, Alors que « Habib Essid » et « Mehdi Juma » quant à eux, n’appartenaient pas à des partis avant leur entrée en fonction, bien que ce dernier fût un administrateur du régime du président déchu et qu’il s’engageait dans les structures de base de RCD dissout dans un esprit administratif …

d- « Habib Jamli » est la troisième personne choisie après un processus électoral, après 2011 « Hammadi Jebali » a été choisi comme secrétaire général d’ «Ennahdha» comme vainqueur des premières élections après la révolution. “Dans les sentiers de ce qu’on appelait alors consensus, Alors qu’ »Ali Lareidh », basé sur la vision du Conseil d’ »Ennahda » Shura suite à la démission de « Jabali » du gouvernement suite à l’assassinat de « Belaid » le 06-02-2013, « Mahdi Juma » a été choisi à la suite du prétendu dialogue national de décembre 2013, tant que « Youssef Chahed » a été choisi sur la base des résultats de Carthage II après le limogeage convaincant de « Habib Essid», Auparavant, Mohamed Ghannouchi avait été choisi par l’ancien système pour contourner la révolution et ses voies, qui se déroulaient pratiquement sans heurts avec Beji Caid Essebsi le 08 mars 2011 …

+++++
* Texte traduit de l’arabe Hebdomadaire Array Alaam N°133 du 20-11-2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *