Home / Affaires africaines / Libye: les Égyptiens vont-ils abandonner «Hafter» avec une scène et des mécanismes souples?

Libye: les Égyptiens vont-ils abandonner «Hafter» avec une scène et des mécanismes souples?

Africa Prospctus

Ali LafiEcrivain et Analyste politique spécialisé dans les affaires africaines

Préface

A- S’il est écrit que le fil des relations égypto-libyennes au cours des cinq dernières décennies devrait être révélé complètement et sans restrictions, il est évident que les chocs de l’opinion publique dans les deux pays ne peuvent être ni comptés ni comptabilisés, en particulier dans les limites des relations bilatérales entre les deux pays. La confidentialité Il est également étroitement lié à l’infiltration de l’entité fondatrice du continent africain et à la saleté pratiquée dans le monde arabe par les empreintes digitales du régime colonel et de ses alliés dans l’appareil égyptien au cours des dernières décennies, ainsi l’exemple le plus clair est L’enlèvement du défenseur des droits de l’homme « Mansour al-Kikhia » au début des années 90, de plus Il est clair que le soutien des Égyptiens d’aujourd’hui et depuis 2014 au général à la retraite « Khalifa Hafter » est l’un des arrangements de ce vieux coin vague et caché. On sait que les extensions du fichier libyen sont révolues et jettent maintenant de l’ombre sur toute la région, mais qu’elles s’étendent au plus profond du continent africain et ont principalement influencé et affecté la situation des pays du Sahel et du Sahara.

B- A la lumière des bouleversements actuels et dramatiques et des arrangements accélérés pour le premier tour de la conférence “Berlin” parallèlement aux développements sur le terrain dans les trois régions et aux évolutions des droits électoraux en Tunisie et en Algérie, La question devient objective, par exemple si l’on peut dire que les Égyptiens semblaient prêts à abandonner leur principal allié pour plusieurs raisons, notamment son incapacité à atteindre le minimum et compte tenu de sa santé, de sa situation militaire et sociale dans l’est du pays Malgré le soutien généreux des Émirats arabes unis, de l’ «Arabie saoudite », de la Russie et même de la « Syrie » et d’ »Israël »?


1- «Hafter » et les «Egyptiens» et l’interdépendance systématique et objective (2014-2019)

 A- Les Égyptiens ont joué un rôle influent dans les événements depuis 2014, et « Hafter » est soutenu depuis sa tentative de coup d’État à Tripoli en février 2014, et malgré le rejet par toutes les parties libyennes et leur réaction au processus blanc (le coup d’État proclamé par une maigre déclaration à la télévision),
Cependant, au début du premier semestre de 2014, les responsables au « Caire » étaient parvenus à la conclusion que l’est de la Libye était devenu une cible facile pour leur influence tentaculaire et leurs rêves pendant des années et des décennies, Tout cela était justifié par le fait que le soldat à la retraite portait de nouveau le costume pour lutter contre les groupes terroristes et que leur discours politique dans les médias, leurs plateformes et dans le système international était devenu un rempart contre l’extrémisme.
B- Le fort soutien politique des Égyptiens envers «Hafter», ainsi que de son soutien diplomatique et médiatique, a été un facteur clé qu’il a encouragé en mai 2014 à lancer ce qu’il a appelé l’opération « Dignity » (dit « Karama » en vocabulaire arabe), où l’Égypte a été le premier pays à l’appuyer pleinement. Mais les Égyptiens n’avaient pas l’intention de dépenser leurs ressources limitées pour financer la campagne, ils ont donc cherché des sympathisants supplémentaires, le premier étant « Émirats arabes unis » qui est devenu le financier de « Hafter » et ses camarades locales…

C-En août 2014, les Égyptiens et les Emiratis intervenaient directement en Libye. Le Caire était très heureux d’autoriser les partisans de « Hafter » à utiliser l’Egypte occidentale comme point de départ, d’autant plus qu’ «Abou Dhabi » supportait la majeure partie de la prétendue facture d’armes de forces de « Hafter »

D- En février 2015, l’Égypte a effectivement convaincu la Russie que « Hafter » méritait une chance et que le « Kremlin » devrait sérieusement envisager les avantages du soutien du dirigeant oriental. En 2017, la France a renforcé son soutien à « Hafter »,
Cela est dû en grande partie aux efforts égyptiens et émiriens pour convaincre « Paris » que le soutien à l’armée « Hafter » est le moyen le plus sage de s’attaquer à la guerre civile libyenne et à la menace qu’elle fait peser sur la sécurité européenne.
Cependant, bien que le Caire ait amené de nombreux acteurs puissants à se ranger derrière « Hafter », les responsables égyptiens n’ont pas ignoré ses forces et ses faiblesses. Les factions nationales et alliées …

E- Il est bien établi aujourd’hui que les responsables égyptiens considèrent l’armée de « Hafter » comme un parapluie comprenant de nombreuses factions. Tels que les forces militantes salafistes et une partie importante des partisans de l’ancien régime résidant au Caire et dans certaines villes égyptiennes, ainsi que des membres des tribus de l’Est et des mercenaires rémunérés par les États du Golfe ainsi que des primes et un accès logistique au territoire libyen…

F- Bien que les dirigeants égyptiens aient favorisé le contrôle de « Hafter » sur l’ensemble de la Libye, ils ont commencé à pousser fin 2018 vers un règlement politique de la guerre civile libyenne. Des responsables à « Abou Dhabi » et à « Riyad » encourageaient « Hafter » à lancer une campagne de grande envergure visant à prendre le contrôle de « Tripoli », « Misrata » et d’autres régions de la Libye qui n’étaient pas sous son contrôle.

 2-Les Egyptiens peuvent-ils abandonner « Hafter » et pourquoi?  

          Les visions diffèrent dans la lecture de la position des Égyptiens du futur site de « Hafter » et bien que le système politique ait eu tendance à renverser les « Emiratis », ils ont décidé de n’adopter un rôle militaire que pour les hommes dans l’avenir du processus politique en Libye, Il y a en réalité deux approches dans ce domaine, à savoir les détails de la vision égyptienne et son incarnation réelle lors de la conférence de « Berlin » dans ses deux tours ou dans toute approche et solution future …

 A. La première approche : continuer à soutenir Hifter avec les mêmes mécanismes

  • L’arrivée de « Hafter » au pouvoir ressemble à celle du président égyptien “Abdel Fattah al-Sisi”. Ils partagent des objectifs politiques communs et sont convaincus de la nécessité de disposer d’une armée forte pour atteindre ces objectifs. Les deux hommes ont adopté une ligne dure sur l’islam politique, au moins ouvertement. Tous deux ont pour vision de débarrasser de manière permanente les Frères musulmans de la Libye et de l’Égypte, et, avec leurs origines et programmes communs, Sisi et Hifter sont des partenaires naturels dans ce qu’ils décrivent comme leur lutte contre l’extrémisme. Ils veulent tous les deux reproduire Gaddafi II ou porter Hifter pour le rôle de Sisi Libya.

 

  • Les Égyptiens ont travaillé contre les sanctions des Nations Unies et ont continué à fournir à Hifter des informations et un soutien militaire dans l’espoir d’éviter ce résultat, malgré des rumeurs selon lesquelles le gouvernement égyptien l’abandonnerait en raison de sa frustration à l’égard du dirigeant libyen. Les préoccupations économiques et de sécurité indiquent que le Caire continuera à renforcer ses troupes au fur et à mesure des combats et selon les dirigeants égyptiens, Hifter est le seul acteur capable de stabiliser la Libye et a prouvé sa capacité à atteindre une partie de ses objectifs de manière stratégique.

 

  • Il ne fait aucun doute que le Caire ne peut accepter la répétition de l’exemple tunisien et son transfert au reste de la région. Il ne restera pas dans une expérience démocratique en Libye avec ses incarnations,Ainsi, il défend la logique du plan visant à établir des régimes militaires dans toute la région nord-africaine et, à tout le moins, à trouver des mécanismes permettant de réduire les effets de toute voie démocratique en Libye et de faire en sorte que les islamistes et le Parti de la justice et de la construction ne disposent pas d’un volume important ….

B- La seconde approche: abandon partiel ou total de Hifter  

  • Dans la pratique, les Égyptiens sont bien conscients que les EAU se concentrent sur la guerre et continueront à soutenir financièrement les forces de Hifter, mais l’Égypte ne s’attend pas à ce que les Emiratis reconstruisent la Libye une fois la guerre civile réglée, De l’autre côté, l’Égypte pense qu’elle jouera l’essentiel de ce rôle, ce qui a créé une nette divergence de priorités entre le Caire et Abou Dhabi en ce qui concerne l’ouest de la Libye, l’est de la Libye ne représentant qu’un tiers de la population libyenne, tandis que l’ouest abrite la Banque centrale libyenne et la National Oil Corporation. Et d’autres, Les travailleurs expatriés égyptiens auront peut-être de réelles opportunités une fois la guerre effacée, une incitation à décourager toute stratégie qui «abandonnerait» la Libye occidentale et se concentrerait exclusivement sur « Benghazi » et d’autres régions du pays sous contrôle absolu depuis la fin de 2018 après la prise de contrôle de « Darnah ».

 

  • Certains partisans affirment que, contrairement à certaines lectures, les égyptiens estiment que «Hafter» devait éviter le processus en cours de «libération de Tripoli» et rechercher plutôt des moyens diplomatiques pour prendre le contrôle de Tripoli, mais en dépit de certaines préoccupations concernant son attaque de Tripoli, À partir du 4 avril, le Caire a pensé qu’il n’avait d’autre choix que de soutenir cette opération, L’une des principales préoccupations des dirigeants égyptiens est que l’empreinte de «Hafter» au pouvoir dans l’Est de la Libye pourrait être affaiblie par sa campagne prolongée à l’Ouest. Cela pourrait créer de nouveaux écarts de pouvoir qui pourraient menacer la sécurité égyptienne.

 

  • Malgré le désir de faire de leur allié un acteur clé dans les futures trajectoires du pouvoir, ils ne s’opposeront jamais à la séparation des voies politique et militaire, mais axeront leurs efforts au cours des négociations sur l’identité des cadeaux économiques qu’ils pourront recevoir sous un futur gouvernement d’union nationale, On sait que les Égyptiens ont communiqué avec différents Pascal au cours de la période écoulée avec le gouvernement de réconciliation (Wifaq) et ont également reçu leurs propres corps et sont effectivement concernés par le dossier libyen dans toutes ses cases , alors que certains de ces personnages « Hafter » ne se repose pas juste pour mentionner leurs noms …

3- Le régime de «Sisi» va-t-il abandonner le stade Hifter et les mécanismes mous?

A- Il est établi que les conditions internes du régime de « Sisi » ne sont pas bonnes et il est donc obligé à l’avenir de faire des pas en arrière dans le sens de sa présence régionale, en particulier dans le dossier libyen, car son régime est sous pression, notamment:
Locales, telles que la gestion de ses relations avec le parlement et avec « Al-Azhar », les dossiers relatifs aux droits de l’homme, les dossiers de détenus et les fichiers d’islamistes et d’autres opposants ainsi que des chaînes égyptiennes à l’étranger …

Régionaux, semblable au dossier du barrage « Nahdha» et à l’évolution de la situation régionale dans les pays du Sahel et du Sahara au détriment de l’Égypte, et au manque de clarté de plusieurs encadrements dans ses relations avec le Golfe …

Internationaux, à l’instar de ses relations instables avec les Italiens et l’administration américaine, a appris que « Trump » avait rejeté la proposition de « Sisi » d’organiser un sommet avec des responsables africains au « Caire », à l’instar du sommet de « Trump » avec des responsables arabes à Riyad il y a deux ans.

B-  L’armée égyptienne a tendance à combiner les deux approches susmentionnées, qui sont pratiquement les propriétaires du dossier en dépit de l’action politique de la Ligue arabe et du ministère égyptien des Affaires étrangères. Ainsi, il devrait exercer une flexibilité qui ne menace pas sa position en Égypte ni sa vision du fonctionnement de la région dans son ensemble et en partenariat avec ses principaux partenaires, qu’ils aspirent à l’international ou à la région et reposent également sur sa vision stratégique pour l’ensemble de la région.

CLes deux points mentionnés ci-dessus confirment que le système politique n’a pas toutes les cartes en main pour insister sur le rôle de Haftar ou même pour continuer à le soutenir à la fois en tant qu’armée et avant cela en tant que politicien. Par conséquent, il ne peut être autorisé à reproduire Kadhafi II en Libye ni même à transférer professionnellement le modèle égyptien en Libye. En d’autres termes, la logique consistant à trouver «Sisi Libya» s’est terminée comme un scénario depuis 2014, en particulier depuis que les alliés locaux de « Hafter » ont perdu la bataille de l’aéroport. La durée de conservation du régime de « Sissi » et sa présence en tant que personne dans l’avenir du pouvoir sont très peu probables au-delà des deux prochaines années car son rôle actuel de président du régime égyptien a pris fin de manière objective. La durée de conservation du régime de Sissi et sa présence en tant que personne dans l’avenir du pouvoir sont très peu probables au-delà des deux prochaines années car son rôle actuel de président du régime égyptien a pris fin de manière objective.

D-  Il n’est pas possible de trouver une solution en Libye avec une personne comme « Hafter » dans le premier carré de solutions, bien qu’il soit très difficile de le soustraire à une étape sans sa disparition pour une raison quelconque, c’est-à-dire que l’acceptation des Égyptiens de l’éliminer peut se faire par ordre progressif ou par des mécanismes progressifs. Cela est possible surtout après que les Égyptiens eux-mêmes se sont rendu compte que l’homme était incapable d’étendre son influence, que ses fonctions étaient terminées et qu’il était devenu hors de l’équation à l’horizon des cinq prochaines années en Libye. Il peut s’agir en réalité d’un deuxième exemple similaire à “Farah Aidid II” (c’est-à-dire l’ancien dirigeant somalien), “Abdul Rashid Dostum II” (l’ancien dirigeant afghan) ou “John Garang II” (l’ancien dirigeant soudanais) ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *