Home / Affaires africaines / Algérie : nouvelle abréviations 4-12-2019

Algérie : nouvelle abréviations 4-12-2019

Africa Prospectus ___

  • Le tribunal de « Sidi Mohamed» a décidé aujourd’hui du cas des ministres et des anciens responsables et des hommes des affaires accusés de corruption tels que le Premier ministre «Ahmed Ouyahi», «Mahjoub Bida» et « Mohamed Bayeri » à cause de leur implication dans les usines d’installation automobile et de financement caché de la campagne électorale de « Bouteflika », l’audience a été ajournée à jeudi 5-12-2019 -matin.

  • Le général « Ahmed Qaid Saleh », chef d’état-major de l’Armée Algérienne a exprimé son appréhension de vieux « gang » de Saper le processus constitutionnel et entraver les élections présidentielles prévues pour le 12 décembre 2019

  • le président de l’Etat, «Abdelkader Ben Salah», a reçu le mercredi le gouverneur de la Banque d’Algérie « Ayman Ben Abderrahmane », pour avoir les rapports financiers pour l’exercice 2018 Les rapports couvraient également des questions de développement économique et monétaire de l’Algérie, les comptes de la Banque d’Algérie ainsi que la supervision bancaire Le gouverneur de la Banque d’Algérie a également présenté au président un rapport sur la situation économique et financière du pays.

  • Le ministre de l’Intérieur «Slaheddine Dahmoun», a déclaré que la nouvelle division administrative visait à protéger le sud de l’Algérie, soulignant que l’État pariait contre la propagation de l’immigration clandestine et avait élaboré un train de mesures visant à contrôler les besoins de la population.

  • le Président de l’Autorité nationale indépendante pour les élections «Mouhamed Sharafi» Lors d’un colloque organisé mercredi sur «le rôle de la société civile dans les présidences »’ La position importante du mouvement associatif dans la communication de la voix du citoyen et la diffusion de la culture électorale.

  • le Mouvement de la société de paix (dit « Hames ») a déclaré que les autorités au pouvoir responsables de la perturbation de la voie de la transition démocratique préconisée par le mouvement populaire, Le non-respect de la promesse de réalisation de toutes les revendications populaires, conformément aux articles 7 et 8 de la Constitution Le « Hamas »  a confirmé dans sa déclaration son bureau national que l’affaire, de méfiance, d’incertitude, d’imposition d’une politique de facto et de domination du l’administration, Ce qui marque le cours des élections présidentielles rendra cet avantage incapable de préparer l’Algérie à faire face aux défis à venir, tant internes qu’extérieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.