Home / Affaires africaines / Algérie : Un millier de personnes rassemblées aux funérailles du général Gaïd Salah

Algérie : Un millier de personnes rassemblées aux funérailles du général Gaïd Salah

La cérémonie des funérailles du puissant général Ahmed Gaïd Salah, véritable homme fort de l’Algérie depuis la démission du président Bouteflika, a débuté mercredi 25 décembre, au matin, avec l’arrivée de sa dépouille au Palais du peuple.

Son cercueil en bois est arrivé vers 7 h 30 au Palais du peuple, recouvert du drapeau national et porté par plusieurs officiers marchant au pas. La cérémonie des funérailles du puissant général Ahmed Gaïd Salah, véritable homme fort de l’Algérie depuis la démission du président Bouteflika, a débuté ce mercredi, à Alger.

Le cortège funéraire est arrivé à cette ancienne résidence des gouverneurs ottomans bâtie au 18e siècle, entouré de nombreux motards. Un millier de personnes environ sont rassemblées sur plusieurs centaines de mètres, derrière des barrières sur les trottoirs.

Le chef d’état-major par intérim, le général Saïd Chengriha, et d’autres responsables de l’état-major étaient présents lors de l’arrivée de la dépouille. Le nouveau président Abdelmadjid Tebboune s’est recueilli devant le cercueil avant de présenter ses condoléances aux membres de la famille du général qu’il avait élevé jeudi, lors de son investiture, à la dignité de « Sadr » dans l’Ordre national du Mérite, traditionnellement réservé aux chefs d’État. L’ex-président par intérim, Abdelkader Bensalah et de nombreux hauts responsables lui ont aussi rendu un dernier hommage.

Nommé par Abdelaziz Bouteflika

Selon les images de la télévision nationale, des citoyens ont ensuite commencé à entrer par petits groupes pour se recueillir tour à tour très brièvement devant le cercueil du général Gaïd Salah, durant 15 ans chef d’état-major de l’armée, institution pilier du régime à la tête de l’Algérie depuis son indépendance en 1962.

Gaïd Salah sera enterré après la prière de l’après-midi au carré des Martyrs du cimetière Al-Alia (est de la capitale), où reposent les anciens chefs d’État et grandes figures de la lutte contre le pouvoir colonial français.

Mardi, des tentes et des chapiteaux ont été installés dans plusieurs wilayas et des registres de condoléances ont été ouverts pour permettre aux citoyens de lui rendre un dernier hommage, selon les télévisions.

Nommé à ce poste par le président Abdelaziz Bouteflika, le général Gaïd Salah fut longtemps d’une loyauté sans faille envers celui qui l’avait fait roi. Mais, en avril, il avait sacrifié Abdelaziz Bouteflika au mouvement populaire et inédit de contestation, né un mois plus tôt, le « Hirak ».

Sous la pression de la rue, il avait exigé et obtenu la démission du vieux président et assumé dans la foulée la réalité du pouvoir, tentant de décourager la contestation par la répression et s’attachant opiniâtrement à organiser une présidentielle, malgré l’opposition farouche de la rue contre un artifice destiné selon elle à régénérer le système au pouvoir.

Source : ouest-france__25/12/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.