Home / Affaires africaines / Mali : Dernières nouvelles Du 19 Février au 04 Mars 2020

Mali : Dernières nouvelles Du 19 Février au 04 Mars 2020

Africa Prospectus __ Hend Ezz

  • L’armée malienne a annoncé le meurtre de 3 de ses soldats et la blessure de 5 autres lors d’une attaque menée par des hommes armés le dimanche matin 23 février 2020, visant une unité militaire, située au sud de la ville de Tombouctou.

Le Niger a récemment annoncé le meurtre de 120 militants lors d’une opération conjointe entre son armée et les forces françaises, dans la région de « Tillabéry » près de la frontière avec le Mali et le Burkina Faso.

L’escalade des opérations militaires dans la région coïncide, alors que la Mauritanie s’apprête à assumer la présidence tournante du Groupe des cinq nations du Sahel, créé à Nouakchott en 2014.

  • L’Union africaine a exprimé son « ferme soutien à l’initiative de dialogue avec les dirigeants des groupes terroristes » au Mali, ajoutant qu’elle l’encourageait.

L’ancien président burundais a exprimé lors d’une conférence de presse à Bamako, son espoir que le dialogue aboutira à une solution similaire, comme ce fut le cas dans l’état d’Algérie, qui parraine l’accord de paix et de réconciliation entre le gouvernement malien et les mouvements azwadiens.

Et le président des Finances, Ibrahim Boubacar Keita, a récemment annoncé des tentatives de dialogue avec les dirigeants des groupes armés, ajoutant, dans une interview conjointe avec Radio France Internationale et France 24, que « le moment est venu d’explorer certaines voies ».

Keita a confirmé qu’il avait envoyé l’ancien président du pays, Dionkunda Traoré, « dans une mission qui nécessite d’écouter tout le monde », notant qu’il était inculpé de « recherche de personnes ouvertes à un discours rationnel ».

  • Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé jeudi 27 février 2020 qu’il avait convoqué l’ambassadeur financier à Paris Toumani Djemie Diallo pour exprimer le «  mécontentement  » de la France avec ses déclarations du mercredi 26 février 2020 devant la commission de la défense du Parlement français, dans laquelle il accusait le corps étranger français d’avoir commis des «  transgressions  » à Bamako.

Mercredi, l’ambassadeur Toumani Djemie Diallo a condamné la commission de défense du Sénat français pour les « problèmes » posés par la légion étrangère française dans son pays, et a dénoncé ce qu’il a qualifié « d’excès » dans la capitale, Bamako.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.