Home / Affaires africaines / Le passage du gouvernement «Mechichi», Pas d’autre choix

Le passage du gouvernement «Mechichi», Pas d’autre choix

africa prospectus
Ali Lafi – écrivain et analyste politique Tunisien

En principe et en pieux, de nombreux écrivains, analystes et militants politiques et sociaux ont tendance à faire tomber le gouvernement de “Hisham El-Mechichi” pour la structure hygiénique et la misère des choix et des circonstances qui y ont conduit, mais quelles sont les raisons objectives qui mènent aujourd’hui 1-09-2020 à la nécessité de son adoption et qu’il n’y a pas d’autre choix que de voter pour Le parti de la plupart des blocs et partis:

1-   La Tunisie aujourd’hui, en termes de contextes géopolitiques, est plus connectée aux évolutions et variables de la région, et aussi dans un lien organique avec la nature et le présent et les détails de la situation internationale et de ses projections actuelles et futures, d’autant plus que les transformations de la situation en Algérie et l’état d’instabilité en Libye ne manquent aucun observateur ou suiveur, ainsi que Les situations en Syrie, au Mali, au Yémen et au Liban pourraient aller dans toutes les directions et les arrangements attendus et anticipés pour notre situation seront rapides et efficaces et auront quelque chose au-delà …

2-   Les désastres du gouvernement intérimaire dirigé par «Elias Fakhfakh» et le puérilité des pratiques de certains de ses membres au cours des dernières semaines, notamment en ce qui concerne les nominations, les promotions, les licenciements, ou encore dans le mécanisme et la nature des actions et la gestion négative des enjeux sociaux en termes de téléchargement et de communication, tout cela ne laisse aucun moyen de poursuivre son travail même si Pour une semaine supplémentaire, sans parler de plusieurs mois…

3-   L’équipe consultative du Président de la République, en particulier celui de communication, a tenu la situation du pays en interne et en externe, et c’est une équipe qui, si elle n’est pas changée, les catastrophes n’ont pas et ne s’arrêteront pas, ce qui entraînera des obstructions objectives et un coup à nos relations extérieures, et donc un nouveau gouvernement (pas un gouvernement intérimaire) est nécessaire, c’est-à-dire Le nouveau gouvernement allégera objectivement la charge de la présidence et modifiera sa boussole dans plusieurs dossiers dont les détails s’étendent aux dossiers de «sécurité nationale» et de «relations extérieures» (noyau des pouvoirs du président de la république), qui sont des dossiers sur un lien objectif avec les pouvoirs du gouvernement dans les secteurs «santé» et «agriculture». Et «affaires sociales», «développement», «emploi» et «éducation» …

4- La dissonance et les tensions politiques qui existaient depuis des années et dans lesquelles les luttes des élites étudiantes ont été convoquées et introduites dans les années soixante-dix et quatre-vingt du siècle dernier, les élites tunisiennes ne pouvaient y faire face, ni en termes de traitement ni en termes de capacité à l’employer positivement au profit des citoyens. Au contraire, la «mentalité de débauche» s’est développée. Et “répandre la frustration” et la traiter comme un moyen de faire la propagande de tel ou tel parti politique, et donc un nouveau gouvernement doit superviser le dialogue dans les dossiers de “l’éducation”, de la “culture” et des “affaires religieuses”, en plus de la nécessité d’étudier la situation des “femmes” et L’enfance à la campagne et en Tunisie dans les profondeurs, pour que la mentalité d’accepter l’autre et de croire à la différence comme nécessité culturelle et sociale grandisse dans la pratique …

5- Le pays ne tolérera, à tous les niveaux, aucune perturbation de l’auto-obstruction existante, objectivement et pratiquement. Par conséquent, il n’y a aucune possibilité de confusion supplémentaire malgré le fait que l’administration tunisienne, malgré toutes ses embauches et sa confusion, a pu au cours des dernières semaines supporter les charges administratives dans un contexte de perturbation politique majeure plus proche de la méthodologie S’il n’avait pas été aménagé de nuit sur les places de certains des axes de la région et des cuisines des nouveaux colons, et aussi par les prêtres des forums et représentants de grandes entreprises internationales …

6- S’il est devenu évident que les déclarations de «la nécessité de changer le système politique» et de la «troisième république» étaient tombées, s’ajoute à cela l’effondrement de «la mobilisation contre la révolution, sa jeunesse et son action politique», et ne la liait même qu’au signe de «l’Islam politique» (ce dernier est en fait un parti et non le propriétaire ou le seul acteur de La révolution tunisienne), et les campagnes du vice des députés et des partis n’ont pas atteint leur objectif suspect, qui est de revenir aux cases de la criminalisation de la politique, et tout cela impose l’existence d’un nouveau gouvernement qui suit et soutient la construction des mentalités d’évaluation et le désir d’agir et de construire, mais accepter l’autre et les nécessités de la lutte des programmes et des propositions et la recherche de la divulgation de plusieurs dossiers antérieurs à la révolution. Et d’autres qui le suivent, et les partis politiques et sociaux portent leur fardeau et le fardeau de leurs conséquences et conséquences …

7- Le passage du gouvernement ne doit pas passer inaperçu, car c’est le choix de ceux qui n’ont pas le choix, et son passage est une nécessité réaliste et un droit national pour que l’on ne tombe pas dans la détérioration et l’éviter, et on passe rapidement à raviver les carences qu’il a inclus en termes de noms et en termes de contextes et de détails, pour que le « Meshchy » soit le chef du gouvernement et non Premier ministre dans un système parlementaire modifié (qui est un système parlementaire similaire au cas portugais, ce qui signifie que certains des pouvoirs du président sont appelés «bombes atomiques», ce qui signifie qu’elles ne sont pas réellement utilisées du tout, et avons-nous déjà entendu que le président de la Russie ou de l’Amérique a utilisé le sac « nucléaire/atomique » un jour malgré son existence) …

8- La Tunisie n’a rien gagné du système présidentiel depuis près de six décennies, et c’est un système tant que la famille et l’entourage consultatif ont été ses plus grandes catastrophes et que le peuple tunisien a payé la taxe pour ses crimes et toutes ses défaillances. Le pays et l’harmonie avant tout avec les problèmes, les douleurs et les préoccupations des Tunisiens, et n’hésitant pas à exempter tout ministre ou tout fonctionnaire de toutes les parties de l’Etat dont la Tunisie et son peuple ne sont pas boussole,
Par conséquent, nous n’avons pas de solution sauf pour l’adoption du gouvernement proposé, et il n’y a pas moyen de le modifier ultérieurement, et il faut le pousser pour une action rapide à partir de demain jusqu’à ce que la question soit réglée et jusqu’à ce que les processus de consécration de la mentalité de dialogue et de la compatibilité entre le devoir et le droit pour tout individu et pour toutes les parties soient achevés, et pour que tous les peuples et la terre soient heureux. La terre en Tunisie est le fond et pour que les espoirs se transforment en actions dans tous les quartiers …

9- Les Tunisiens se sont révoltés contre le “rassemblement” à cause de ses mauvaises actions, individus et idées, et se sont révoltés contre le président déchu pour sa misère et la misère de sa famille, de son entourage partisan et consultatif, et parce qu’il était effectivement un représentant des mafias internationales, des partis et des forums internationaux, et toute approche de ces places poussera à nouveau les élites authentiques, les jeunes jeunes et tout le peuple à agir. Une organisation rapide, dont certaines sont organisées depuis des années à travers des réseaux, des groupes et des organisations, pour affronter plus tard l’État profond et sa négligence jusqu’à présent, malgré le fait que ses outils sont connus et réservés aux jeunes (bien qu’avec de nouvelles grues et panneaux),
Alors méfiez-vous, méfiez-vous, méfiez-vous, car le feu brûle sous les cendres, et le devoir impose d’employer ces énergies de jeunesse dont on parle pour construire et positif avec un objectif noble et beau, même si c’est rêver, et pour que chaque Tunisien répète encore et à travers des plates-formes d’action et disant comme « Hached »: “Je vous aime mon peuple” et de plus la justice sociale et politique est basée sur la dualité du droit et du devoir …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *