Home / Affaires africaines / Tunisie : Répartition des tâches au sein du bureau de l’ARP

Tunisie : Répartition des tâches au sein du bureau de l’ARP

La réunion du bureau de l’Assemblée des représentants du peuple s’est tenue, jeudi, en présence des présidents des blocs parlementaires.

La réunion a été consacrée à la répartition des tâches au sein du bureau de l’ARP et des bureaux des commissions législatives et spéciales pour la deuxième session parlementaire de la deuxième législature (2019-2024), a annoncé l’Assemblée.

Le bloc Ennahdha a obtenu les postes d’Assesseur chargé de la relation avec les citoyens et la société civile, d’Assesseur chargé de l’information et de la communication et d’Assesseur chargé du contrôle de l’exécution du budget.
Les poste d’Assesseur chargé des Tunisiens établis à l’étranger et d’Assesseur chargé de la relation avec le gouvernement et la présidence de la République sont revenus au groupe démocratique.

Le bloc Qalb Tounes a récupéré le poste d’Assesseur chargé des relations extérieures et le groupe al-Karama celui d’Assesseur chargé de la législation.

Le poste d’Assesseur chargé de la gestion générale est revenu au bloc la Réforme et celui d’Assesseur chargé de la relation avec le pouvoir judiciaire et les instances constitutionnelles au groupe Watania.
Le poste restant, à savoir celui d’Assesseur chargé des Affaires des députés, est revenu au bloc du Parti destourien libre.

Les assesseurs auprès du Président de l’ARP sont désignés selon la règle de la représentation proportionnelle. Les groupes les plus grands numériquement ont la priorité du choix.

Le bureau de l’ARP a, en outre, procédé, en présence des présidents des groupes, à la répartition des tâches au sein des bureau des commissions législatives et spéciales.

Lundi, le bloc du Parti destourien libre a déclaré son intention de boycotter la réunion consacrée à la répartition des tâches au sein du bureau de l’Assemblée des représentants du peuple.
Le bloc a ajouté, dans une correspondance adressée au président du parlement, avoir déposé un recours pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif contre les décisions du bureau de l’ARP.

Le bloc du PDL tient le président du conseil pour responsable de l’irrégularité de la répartition des responsabilités au sein du bureau de l’ARP et de l’irrégularité de la composition des bureaux des commissions, qui sont «fondées sur une décision qui enfreint la loi».

D’autre part, le bloc a indiqué qu’il se contentera de son droit de siéger en tant que membre au bureau de l’ARP et aux commissions, et ce, sans en occuper une quelconque responsabilité.

Source: directinfo___8/10/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.