Home / Affaires africaines / Tchad : au Forum, l’armée demande sa professionnalisation et la réforme des textes militaires

Tchad : au Forum, l’armée demande sa professionnalisation et la réforme des textes militaires

Le 2ème Forum national inclusif s’est ouvert jeudi à N’Djamena. La journée a été marquée par plusieurs interventions. En fin de séance, le représentant de l’armée, le général Ngaro a pris la parole pour détailler plusieurs propositions.

Le premier Forum national inclusif a recommandé de poursuivre la professionnalisation de l’armée par la mise en œuvre complète des recommandations des états généraux (résolution n°5, thème 4). Cependant, la case réservée à l’analyse de la pertinence et de l’efficacité de la mise en oeuvre, et la case réservée à la piste d’amélioration « sont malheureusement restés vides », déplore la délégation militaire.

« Pourquoi ? Parce que seulement on n’a pas été contacté pour apporter notre pot au moulin. Toutefois, notre contribution porte justement la proposition de remplissage de ces deux cases. En effet, en faisant référence aux États généraux des armées, il aurait été souhaitable de prendre en compte toutes les instructions écrites qui résultent des assises militaires tenues à Moussoro en 2011 qui viennent compléter ou quelques fois réviser les dispositions des États généraux des armées tenus en 2004 ».

La délégation militaire propose la reformulation de certaines propositions qui ont été faites au premier Forum, en ces termes : « poursuivre la professionnalisation de l’armée notamment en réactualisant tous les textes militaires qui sont aujourd’hui désuets car depuis la création de l’Armée nationale tchadienne dans les années 60, beaucoup de textes ont été pris mais sont malheureusement sont aujourd’hui désuets et attendent d’être abrogés ou refondus dans d’autres textes nouveaux ».

Le document de l’armée cite notamment l’Ordonnance n° 6 du 28 avril 1992 portant statut général des militaires. « Il y a des amendements à apporter aussi sur la constitution du 4 mai 2018 parce qu’il y a des termes qui se chevauchent : il est quelque part dit « Armée générale de cour » alors qu’il est généralement dit : Armée nationale tchadienne », selon la délégation militaire.

L’armée souhaite que le chef de l’État puisse agir avec plus de liberté pour certaines interventions militaires :

« En ce qui concerne les missions de l’armée, aujourd’hui l’armée tchadienne intervient davantage à l’extérieur. Il aurait été souhaitable qu’il y ait une disposition qui permet au Maréchal du Tchad d’agir en toute liberté et conformément à la Constitution de la République. Il se trouve que de ce point de vue, rien n’est prévu. Nous avons fait des propositions qu’on voudrait bien vous proposer ».

La délégation militaire souhaite réadapter des dispositions en lien avec les articles 131 (l’envoi des troupes de l’Armée hors du territoire est décidé par le Président), 135 (lois programmes) et 189 (propositions et amendements) de la Constitution. Elle propose des amendements à la Loi n° 12 portant réorganisation des forces armées et de sécurité. « Il y a toute une panoplie de dispositions à retoucher pour les adapter à la nouvelle Constitution ».

En ligne de mire également : le décret n° 637 du 6 septembre 2005 et le décret n° 10 du 6 janvier 1962 portant avancement dans l’armée.

En ce qui concerne la suppression des brigades territoriales, face aux nombreuses plaintes demandant leur réhabilitation, l’armée formule également des propositions avec des textes référentiels.

source : alwihda info ___ 30/10/2020
Suivez l’actualité de sa source d’origine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.