Home / Affaires africaines / le maroc : Ce que les patrons attendent du nouveau gouvernement

le maroc : Ce que les patrons attendent du nouveau gouvernement

La CGEM souhaite voir appliquer des mesures concrètes

Une sortie qui fixe le cadre de travail et de négociation entre la confédération patronale et le prochain gouvernement.

Avant que le nouvel exécutif ne soit constitué, voilà que la CGEM , par la voix de Chakib Alj, émet déjà ses souhaits quant à la mise en place de toute une série de mesures concrètes. Aussi dans une récente interview accordée à notre confrère Médias 24, Chakib Alj n’a pas manqué de présenter les attentes du secteur privé, en ces temps de crise. Attentes qui vont des mesures transversales comme la restauration de la confiance, l’amélioration du climat des affaires ou l’activation de la commande publique à des mesures plus ciblées, d’ordre administratif, financier ou plus particulièrement fiscal.

A commencer par la baisse de l’IS à 25% dans une première étape, avant de le ramener à 20% à horizon de 5 ans. Une mesure que le patron des patrons souhaite voir l’application dès le projet de loi de finances qui doit être bouclé avant la fin de l’année 2021. Selon le patron des patrons, de tels signaux ne peuvent que restaurer la confiance.

Confiance dont ont besoin les entrepreneurs pour avoir une certaine visibilité et plus particulièrement pour passer à l’acte d’investir. Ce qu’exigent les patrons des nouveaux pouvoirs publics, ce n’est ni plus ni moins que des actions claires et cohérentes qui s’inscrivent dans la durée. Les patrons resteront attentifs à ces actions qui feront l’objet de leur part d’une évaluation critique et permanente.

Agir dans l’urgence
En attendant, Chakib Alj, n’a pas manqué de rappeler les sujets priorités sur lesquels le gouvernement va devoir agir dans l’urgence. Priorités qui vont des procédures administratives à simplifier à l’intégration d’un informel structuré, en passant par le foncier, l’énergie et la logistique, autant de facteurs de production dont il faut réduire les coûts et rendre plus accessibles, l’amélioration du cout du travail et la réforme du code du travail, le développement du capital humain et l’amélioration des mécanismes de la formation professionnelle, sans oublier le maintien de la commande publique couplée à la préférence nationale. Soit autant de priorités qui sont alignées avec les recommandations du Nouveau Modèle de Développement. Par ailleurs, la CGEM prépare déjà son «Livre blanc» qui trace les pistes de mise en oeuvre de ces différents chantiers.

source : marochebdo 13/09/2021

  1. /Suivez l’actualité de sa source d’origine

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *