Home / Affaires africaines / SAHARA: LE PLAN MAROCAIN D’AUTONOMIE BIENTÔT SUR LA TABLE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU

SAHARA: LE PLAN MAROCAIN D’AUTONOMIE BIENTÔT SUR LA TABLE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU

Le plan d’autonomie sera discuté au Conseil de sécurité lors de sa réunion, prévue le 20 avril, sur le sahara. Un sujet qui s’impose après le soutien de la proposition marocaine par plusieurs pays influents. Cet article est une revue de presse du quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

Le Conseil de sécurité va se réunir au cours de ce mois pour discuter du dossier du sahara marocain au moment où le Royaume a réussi des percées fulgurantes faisant ainsi du plan d’autonomie la seule et unique solution pour mettre fin au conflit.

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte, dans son édition du mardi 5 avril, que durant cette réunion, prévue le 20 avril, le Conseil de sécurité entendra un exposé du président de la Minurso Alexander Ivanko ainsi que celui de l’envoyé personnel du SG de l’ONU, Staffan De Mistura. La tenue de cette réunion va renforcer la proposition marocaine qui a été consolidée par des prises de positions favorables de plusieurs pays influents.

La première percée vient de l’Espagne dont le chef du gouvernement Pedro Sanchez a qualifié le plan marocain d’autonomie comme la solution la plus sérieuse pour résoudre ce différend. Venant de l’ancien colonisateur du Sahara marocain, cette position est considérée comme un tournant historique dans ce dossier qui a été longtemps manipulé par l’Algérie. D’ailleurs la lettre de Pedro Sanchez adressée au Roi Mohammed VI sur ce sujet a stupéfié la junte militaire algérienne qui a rappelé son ambassadeur à Madrid prouvant, à son propre insu, qu’elle est la partie la plus concernée par le conflit du sahara.

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte que la deuxième nouveauté dans ce dossier vient de l’Allemagne. Les dirigeants de ce pays ont, après de départ d’Angela Merkel, mis fin à la crise avec le Maroc en considérant le plan marocain d’autonomie comme la clé de la résolution du conflit dans la région. Là aussi les dirigeants algériens ont perdu un «allié».

La troisième percée provient même des camps de Tindouf où des organisations sahraouies ont exprimé leur acceptation du plan d’autonomie marocain. Le courant Khat Achahid a été le premier à approuver cette proposition juste après la publication du communiqué du gouvernement espagnol reconnaissant la marocanité du Sahara.

Les positions de l’Espagne et de l’Allemagne ont changé complètement la donne. Elles ont été précédées par la reconnaissance par les États-Unis de la marocanité du sahara. Une reconnaissance qui a été confirmée par l’administration Biden avec le renforcement de la coopération militaire et l’organisation des manœuvres militaires «African Lion» dans le sahara marocain à l’ouest des camps du polisario à Tindouf.

Ce changement des rapports de force dans la région a été confirmé par la création d’une nouvelle alliance comprenant le Maroc, les États-Unis, l’Égypte, Israël et les Émirat Arabes Unis.

source : le 360 04/04/2022

  1. /Suivez l’actualité de sa source d’origine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.