Home / Afrique du Nord / L’Union européenne lorgne le gaz égyptien

L’Union européenne lorgne le gaz égyptien

 Face à l’urgence de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement en gaz naturel, en raison de son bras de fer avec la Russie, l’un de ses plus gros fournisseurs, l’Union européenne multiplie les contacts avec les plus gros producteurs de gaz.

Le dimanche 10 avril, le Premier ministre égyptien, Mostafa Madbouly a reçu en audience Frans Timmermans, le responsable climat de l’Union européenne (UE), pour discuter des voies et moyens pour les deux parties de renforcer leur coopération dans le domaine de l’énergie.

Au terme de la rencontre, les deux parties ont retenu plusieurs axes clés pour l’amélioration de leur partenariat énergétique. Elles ont notamment comme points essentiels l’approvisionnement potentiel de l’Europe en GNL par le biais de partenariats régionaux à court terme et la possibilité pour l’UE de contribuer à la construction d’une usine de production d’hydrogène vert en Egypte, afin d’aider le pays à devenir un pôle énergétique important.

« L’UE s’efforcera de surmonter tous les obstacles pour accélérer le rythme de la coopération dans ce domaine », a déclaré Timmermans, selon un communiqué du Cabinet du Premier ministre égyptien.

L’Union européenne qui condamne l’invasion de l’Ukraine, par la Russie, a imposé de nombreuses sanctions économiques contre le Kremlin. Le bloc travaille également à réduire à zéro ses importations de gaz russe et a déjà approché les responsables nigérians pour aborder la question de l’augmentation de ses achats de gaz en provenance du pays ouest-africain.

D’autres pays comme le Congo, l’Angola et l’Algérie sont prêts à participer aux efforts visant à combler le déficit qu’aura créé un arrêt définitif des importations de gaz russe en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.