Home / Affaires africaines / Lutte diplomatique feutrée entre Tunis et Le Caire pour abriter le siège de l’Agence africaine du médicament

Lutte diplomatique feutrée entre Tunis et Le Caire pour abriter le siège de l’Agence africaine du médicament

La Tunisie et l’Egypte seront en compétition pour accueillir le nouveau siège de l’Agence africaine des médicaments (AMA). C’est ce lundi que les autorités tunisiennes ont officialisé leur candidature pour abriter le siège de l’agence alors que quelques jours plus tôt, le Caire avait exprimé sa volonté d’accueillir sur son sol les bureaux de l’agence qui sera en charge de règlementer et d’améliorer l’accès aux produits médicaux sur le continent.

C’est ce lundi 11 avril alors qu’il recevait une délégation de l’Union Africaine (UA) conduite par Aggrey John Douglas Ambali, que le Ministre tunisien de la Santé, Ali M’Rabet a officialisé la requête de son pays, d’abriter le nouveau siège de l’Agence Africaine des Médicaments (AMA).

Les émissaires de l’UA qui séjournent à Tunis jusqu’au 13 avril en profiteront pour évaluer la capacité du pays à abriter le siège de l’AMA. Rien d’anormal jusque-là, sauf que cette candidature tunisienne vient faire concurrence à celle de l’Egypte. Le Caire par la voix de son Chef de gouvernement a exprimé sa volonté d’abriter le même siège. Recevant lui aussi la délégation de l’UA, Mostafa Madbouly avait indiqué que l’Égypte souhaitait accueillir le nouveau siège et a déjà désigné un quartier diplomatique dans sa nouvelle capitale administrative où l’AMA pourra accueillir son siège, ainsi que les missions diplomatiques et la résidence de leurs travailleurs. Aussi, la candidature tunisienne risque de contrarier les plans du Caire.

L’Agence africaine de médicaments est la deuxième agence de santé au niveau continental, après les Centres africains de Contrôle et de Prévention des maladies (CDC-Afrique), qui sera chargée de renforcer les capacités des États parties et des Communautés économiques régionales (CER) dans la réglementation des produits médicaux afin de faciliter l’accès à des produits médicaux de qualité, sûrs et efficaces sur le continent. L’AMA devra également promouvoir l’adoption et l’harmonisation des politiques et des normes de réglementation des produits médicaux, donner les directives scientifiques nécessaires et coordonner les efforts en matière d’harmonisation réglementaire existants dans les CER et les organisations régionales de santé (ORS) reconnues par l’Union africaine.

 

Source: AfriquInfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.