Home / Afrique du Nord / Egypte: Les dernières nouvelles.. Mardi 31/05/2022

Egypte: Les dernières nouvelles.. Mardi 31/05/2022

La dette extérieure de l’Égypte grimpe à 317 %, alors que des données récentes de la Banque centrale d’Égypte ont révélé une augmentation de la dette extérieure nette de 8,1 milliards de dollars au cours du dernier trimestre de 2021. Selon les données, la dette extérieure totale est passée à environ 145,5 milliards de dollars au fin décembre dernier, par rapport au niveau de 137,4 milliards de dollars fin septembre dernier, soit une augmentation d’environ 5,8 %.

*******

L’Égypte demande officiellement, un prêt de 500 millions de dollars, de la Banque mondiale pour financer le projet d’appui à la sécurité alimentaire. Selon un document de la Banque publié par les sites des médias égyptiens, aujourd’hui mardi, l’objectif du projet est d’assurer l’approvisionnement à court terme en blé et de renforcer la résilience de l’Égypte face aux crises alimentaires.

*******

Des sources diplomatiques égyptiennes parlent de consultations entre l’Égypte, Israël et l’Arabie saoudite, avec une médiation américaine, afin de reformuler le statut des îles de Tiran et de Sanafir, qui sont directement liées à la navigation dans le détroit de Tiran, qui est la principale porte d’entrée vers les ports d’Aqaba et d’Eilat. Cela survient à un moment où l’Arabie saoudite, selon les sources, a proposé d’accueillir le sommet américano-arabe qui se tiendra en marge de la visite du président américain Joe Biden dans la région en juin.

*******


Des organisations égyptiennes de défense des droits de l’homme condamnent, dans un communiqué commun, ce qu’elles ont qualifié de « décision honteuse » rendue par le Tribunal pénal d’urgence pour la sûreté de l’État à l’encontre du chef du parti Égypte forte, Abdel Moneim Aboul Fotouh, condamné à 15 ans de prison, son adjoint , Muhammad al-Qassas, et l’ancien vice-président de l’Union des étudiants de l’université de Tanta, Moaz al-Sharqawi, à 10 ans de prison chacun. Les organisations ont également dénoncé le jugement rendu le 23 mai par le tribunal d’urgence pour les délits de sûreté de l’État, condamnant à 4 ans de prison l’ingénieur Yahya Hussein Abdel Hadi, l’un des fondateurs du Mouvement civil démocrate, accusé de diffusion de fausses nouvelles, et ont exigé la organisations de ne pas ratifier ces décisions et de leur accorder une grâce présidentielle.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.