Home / Afrique du Nord / L’UE et l’Égypte s’apprêtent à conclure un accord d’approvisionnement en gaz

L’UE et l’Égypte s’apprêtent à conclure un accord d’approvisionnement en gaz

« L’Égypte et l’UE collaboreront pour assurer la stabilité de l’approvisionnement en gaz de l’UE »

L’Union européenne et l’Égypte devraient signer dans le courant du mois de juin un accord sur l’approvisionnement en gaz, qui cherche à réduire sa dépendance à l’égard des fournitures russes, selon un document provisoire.

Les deux parties, ainsi qu’Israël, sont sur le point de conclure un accord lorsque la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se rendra au Caire dans le courant du mois.

Bloomberg a précédemment rapporté qu’un tel accord impliquerait que le gaz naturel israélien soit liquéfié dans les usines de traitement égyptiennes avant d’être expédié vers l’UE. Il pourrait également contenir des mesures visant à endiguer les fuites de méthane, un puissant gaz à effet de serre.

« La sécurité de l’approvisionnement en gaz est une préoccupation majeure commune qui est encore susceptible d’être modifié. L’Égypte et l’UE collaboreront pour assurer la stabilité de l’approvisionnement en gaz de l’UE », indique le document.

L’accord proposé avec l’Égypte souligne le rôle crucial du pays pour assurer la sécurité alimentaire et énergétique après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Les dirigeants de l’UE ont également souligné le potentiel des pays africains à fournir non seulement le gaz naturel liquéfié nécessaire pour remplacer les combustibles fossiles russes, mais aussi l’hydrogène vert dans les années à venir.

L’Union européenne vise à importer de l’étranger 10 millions de tonnes de ce gaz vert d’ici à la fin de la décennie, soit la même quantité que celle que la région entend produire elle-même.

Des inquiétudes subsistent néanmoins quant à l’impact climatique de ces nouveaux accords, notamment en ce qui concerne les émissions de méthane, qui peuvent être 80 fois plus puissantes que le dioxyde de carbone sur deux décennies.

L’Algérie, un autre pays avec lequel l’UE souhaite s’approvisionner en gaz, possède un gigantesque gisement de gaz qui laisse échapper du méthane depuis près de quatre décennies.

L’Égypte, qui doit accueillir le sommet sur le climat COP27 cette année, n’a pas encore signé l’engagement mondial en faveur du méthane, un accord signé par plus de 100 pays pour réduire les émissions de ce gaz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.