Home / Afrique du Nord / Algérie – France : vers le lancement d’un partenariat important

Algérie – France : vers le lancement d’un partenariat important

L’investissement est au cœur des préoccupations du Gouvernement dans tous les domaines économiques. C’est dans ce sens que le directeur général de l’Institut Pasteur d’Alger, le Professeur Fawzi Derrar, a révélé que des travaux sont en cours pour préparer un programme d’investissement qui comprend la production de nouveaux vaccins d’ici 2023.

Lors de son audition par la commission de la santé, du travail et des affaires sociales de l’Assemblée populaire nationale (APN), Derrar a ajouté que des travaux sont en cours pour préparer un programme d’investissement qui comprend la production de nouveaux vaccins d’ici 2023, en coopération avec l’Institut Pasteur de la capitale française, Paris et l’Union européenne. En plus d’un programme supplémentaire pour la mise en place de laboratoires d’analyses mobiles.

Les préoccupations des députés portaient sur la disponibilité et la distribution des vaccins, qui relèvent de la responsabilité de l’Institut Pasteur, ainsi que du ministère de la Santé. Ils ont également évoqué le rôle de l’Agence nationale de sécurité sanitaire annoncé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Notamment en termes de préparation et de coordination des programmes nationaux de prévention et de lutte contre les menaces et dangers de crises sanitaires. Ainsi que son rôle dans la réforme du système national de santé publique.

Qu’en est-il du vaccin contre la grippe saisonnière pour cette année ?

Suite à la journée d’information sur la vaccination contre la grippe saisonnière organisée par les services du ministère de la Santé, le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie, le professeur Fawzi Derrar, est revenu sur différents points concernant cette épidémie saisonnière.

Concernant la vaccination, le Professeur prédit déjà une forte hausse des cas de contamination de grippe saisonnière cet hiver en Algérie, en précisant l’acquisition de 2,5 millions de doses de vaccin.

Fawzi Derrar, a indiqué que, « la campagne de vaccination connaît une baisse flagrante, les gens s’abstiennent de plus en plus à la vaccination, cela compromettrait l’immunité collective qui diminue de son côté. » explique-t-il.

source:cliquer ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.