Home / Afrique du Nord / L’Egypte et l’Italie lancent un programme de formation dans le domaine de l’eau en Afrique

L’Egypte et l’Italie lancent un programme de formation dans le domaine de l’eau en Afrique

 L’Egypte a inscrit la gestion de l’eau parmi ses priorités de développement. Cette ressource de plus en rare dans le pays soutient le système agricole dominé par le système d’irrigation. Dans cette tâche, le pays s’est allié avec l’Italie pour former les travailleurs nationaux et internationaux.
Le programme de formation égypto-italien sur l’eau va entrer dans sa phase opérationnelle. Le Centre régional de formation, un établissement affilié au ministère égyptien des Ressources en eau et de l’Irrigation, et l’Institut agronomique méditerranéen de Bari, une école italienne, ont signé le lundi 24 octobre un accord pour la mise en œuvre du programme, selon une annonce publiée sur le site du gouvernement égyptien.
La mise en œuvre de ce projet de formation se fera grâce à un financement de 2,3 millions d’euros alloué par l’Italie.
Pour la partie égyptienne, « ce projet représente une coopération avec la partie italienne dans le domaine de l’eau, en vue de renforcer les capacités et de perfectionner les compétences des employés du secteur de l’eau », tel qu’annoncé par le ministre des Ressources en eau et de l’Irrigation, Hani Sewilam (photo, au centre), qui supervisait la signature de l’accord.
Le projet est lancé dans le cadre de la stratégie égyptienne pour le développement durable à l’horizon 2030. Cette stratégie accorde une place importance à la gestion des ressources dans un contexte de préservation de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique. En Egypte, la question de la gestion de l’eau est une priorité pour le gouvernement. Cela en raison de la dépendance du pays à cette ressource, notamment dans le secteur agricole où la quasi-totalité des activités se fait par irrigation.
Les formations qui seront déployées par les deux établissements de formation signataires, vont s’adresser en premier aux ministères égyptiens de l’Irrigation, de l’Agriculture, du Logement, de l’Electricité et de l’Environnement. Puis, elles vont cibler les universités et instituts de recherche du domaine en Egypte avant de s’étendre à d’autres pays du continent. Car au-delà de l’Egypte, sur tout le continent, entre les défis liés à la sécheresse et la résurgence des maladies hydriques, les Etats sont appelés à repenser la gestion de l’eau.

Source: Agence Ecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.